Youssef Chahed donne le coup d’envoi au Forum international sur les PPP

Le Chef du gouvernement Youssef Chahed, a supervisé le 18 Septembre 2018, le démarrage des travaux du Forum international sur les Partenariats Public-Privé, organisé par le Ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale.

Forum_ppp2.jpg
Le chef du gouvernement a déclaré ce que le partenariat public/ privé, permettra de réaliser deux principaux objectifs :
  • Le premier est de diversifier les sources de financement des projets publics en vue de réduire le financement à travers le budget, et la dette extérieure. 
  • Le deuxième est de tirer profit des capacités créatives, et de l’expérience du secteur privé, ce qui permet de réaliser les projets avec la diligence, et la qualité requises. 
Intervenu à l’ouverture du forum de partenariats public/ privé, le chef du gouvernement a déclaré que 33 projets dans des secteurs vitaux à l’instar du transport, de la logistique, de l’énergie, de la technologie de la communication et de l’information, du développement urbain dans plusieurs gouvernorats du pays sont présentés à ce forum.

Il a indiqué que ce forum allait permettre d’évoquer les principales opportunités offertes par les projets PPP, en vue d’améliorer les prestations rendues, et de développer l’infrastructure au niveau national, régional et local. 

Il a par ailleurs déclaré avoir donné des instructions afin que la loi de finances de l’année prochaine comprenne des mesures de soutien à l’entreprise, de manière à en alléger les charges fiscales, à en améliorer la compétitivité, et à l’encourager à investir. 

En marge de sa participation au forum 2018 PPP, Mouayed Makhlouf, Directeur pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord d’IFC, a assuré que l’IFC soutiendra la Tunisie dans la réalisation de ses projets dans le cadre du PPP non seulement par les financements nécessaires mais aussi par l’expertise de son équipe.

Mouayed Makhlouf a indiqué que le PPP dans la région du Moyen-Orient reste encore limité et il convient de le développer pour pouvoir créer le développement et lancer des projets durables et générateurs d’emplois dans des pays qui enregistrent de faibles taux de croissance et d’importants taux de chômage, notamment, parmi les jeunes.

Pour sa part, Pierre Heilbronn, Vice-Président de la banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) a réitéré la volonté de son institution d’appuyer la Tunisie en matière de financement et d’expertise. “On estime le déficit d’infrastructure en Tunisie à 28% du PIB pour soutenir une croissance durable et à 24% du PIB pour combler le retard en matière d’infrastructure”, a-t-il indiqué, signalant que l’État seul ne pourra pas prendre en charge l’ensemble de ce montant d’où l’importance de la contribution du secteur privé.